fbpx
Skip to content

Disqualification de l’équipe nationale et des clubs russes des compétitions internationales par la FIFA : football et politique ne font pas toujours bon ménage.

Quelques jours après l’invasion de l’Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine, la FIFA vient d’annoncer que l’équipe nationale russe qui devrait participer aux barrages de la Coupe du Monde Qatar 2022 est disqualifiée de la compétition. En outre, tous les clubs russes engagés dans les compétitions européennes comme la Ligue Europa sont aussi disqualifiés. Le Spartak Moscou par exemple, encore en course en Europa League y a été exclu et le RB Leipzig – son adversaire en huitième de finale – est donc qualifié directement pour les quarts de finale. L’annonce a pris du temps puisque le bruit courait depuis le lundi 28 février mais elle est devenue officielle sur les sites internet de la FIFA et de l’UEFA le mercredi 02 mars 2022. Si plus d’un voit d’un mauvais œil cette mise à l’écart de ces équipes clamant que le football n’a rien à voir avec la politique et que les joueurs sont justes des acteurs offrant du beau jeu aux spectateurs, ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui avec le football ou le sport moderne. Le football a été, est et sera toujours influencé par les actes politiques et vice-versa.

Quelques jurisprudences

En 2010, alors qu’une partie de l’Angola était en guerre et que la Coupe d’Afrique des Nations devrait se dérouler sur ce même territoire, l’équipe nationale du Togo, en se rendant en Angola a été attaquée par le groupe des forces de libération de l’État de Cabinda. Deux personnes dont le gardien de but ont été tuées dans le bus et les joueurs togolais n’ont eu d’autres choix que de rebrousser chemin.

Verdict ? La Confédération Africaine de Football dite CAF a émis une note officielle précisant que les Éperviers du Togo sont éliminés de la compétition. Ils se sont fait tirer dessus et éliminés de la CAF.


En 2019, alors que Chelsea devait s’opposer à Arsenal dans le cadre de la finale de la Ligue Europa à Baku en Azerbaïdjan, le joueur arménien Henrikh Mkhitaryan ne pouvait pas fouler le sol azerbaïdjanais en raison des tensions diplomatiques entre les deux pays ; l’Arménie, son pays d’origine et l’Azerbaïdjan, lieu où a lieu la finale. Même si un cessez-le-feu a été prononcé en 1994 après un conflit ayantentrainé la mort de plus de 30 000 personnes, les deux pays ne s’entendent toujours pas. Si les footballeurs n’étaient que des acteurs d’un sport qui se veut apolitique, pourquoi un joueur qui est, normalement dans une position neutre, devrait renoncer à jouer pour son club dans une finale européenne à cause des tensions politiques entre deux pays tout en craignant pour sa sécurité ainsi celle de sa famille si jamais il décide de jouer ? Avant cela, il a déjà manque un match de la C3 opposant Arsenal à Qarabag FC en 2019 après une autre rencontre en C1 où le Borussia Dortmund, son club en 2017, se déplaçait sur la pelouse du Galaba FK.

Disqualification de l’équipe nationale et des clubs russes ; la FIFA détient-elle le droit ?

La Fédération Internationale de Football Association est la plus grande instance de football au monde et cette entité a le droit sur tout en ce qui a rapport à ce sport. Elle est là pour réguler le football et il leur revient la responsabilité de prendre certaines fois des décisions qui peuvent toutefois fâcher certains. Le Comité international Olympique (CIO) a recommandé lundi dernier aux fédérations internationales de ne pas inviter les athlètes et équipes russes et biélorusses dans les compétitions sportives internationales. En marge de cette recommandation, la FIFA et l’UEFA ont déclaré que : « Le football est ici totalement uni et en plein soutien envers toutes les personnes touchées en Ukraine. Les deux présidents – en l’occurrence Gianni Infantino pour la FIFA et Aleksander Ceferin pour l’UEFA – espèrent que la situation en Ukraine s’améliorera significativement et rapidement afin que le football puisse à nouveau être vecteur d’unité et de paix entre les peuples ». La vraie question est de savoir si la FIFA en a le droit. Dans son statut, la FIFA précise que : « le Conseil est compétent pour édicter tout règlement relatif à l’organisation de compétitions et de matches internationaux impliquant des équipes représentatives, des ligues, des clubs et/ou des équipes improvisées. Aucun match ni compétition ne peut avoir lieu sans autorisation préalable de la FIFA, des confédérations et/ou de l’association membre concernée. Les modalités sont régies par le Règlement des matches internationaux ». « Exception faite de l’autorisation en matière de compétences prévues dans le Règlement des matches internationaux, la FIFA peut prendre une décision finale relative à l’autorisation de tout match international ou compétition internationale », toujours selon le statut de la FIFA. Ne sont-ce pas ces lignes qui démontrent toute la force que détient une instance telle que la FIFA ?

Lire aussi:  Troisième journée - Matches de groupe / Coupe d’Europe 2020 : L’Italie se qualifie facilement pour les huitièmes, le Pays de Galles valide son billet, la Suisse doit encore attendre.


Cependant, en 2017, dans le conflit opposant la Palestine et l’Israël et qui dure déjà des centaines d’années, le conseil de la FIFA, organe non exécutif de surveillance et de stratégie, a expliqué « devoir rester neutre dans les questions politiques », en accord avec les statuts de l’instance. La PFA (Fédération Palestine de Football) estime qu’Israël n’a pas respecté le règlement de la FIFA qui veut qu’aucune équipe d’un État membre ne puisse jouer des matches sur le territoire d’un autre sans sa permission. En conférence de presse, Le président de la FIFA Gianni Infantino, cette même année, a mentionné que : « Malheureusement, ce n’est pas le football qui va trouver une solution ». Si ce n’est pas le football qui doit régler ça, pourquoi est-ce que l’équipe nationale russe qui pratique elle aussi le même football ainsi que le club du Spartak Moscou soient exclus de leur compétition respective et qu’ils paient pour des actes purement politiques ?

Le football comme soft-power dans l’ère moderne

Aujourd’hui, de nombreux politiques bâtissent leur carrière sur leur accomplissement dans le monde footballistique. Georges Weah, le seul ballon d’or africain, serait-il devenu le président du Liberia sans ça ? On s’en doute. Romario, célèbre footballeur brésilien est devenu Député du Rio de Janeiro. Le football est pour beaucoup dans son accession au pouvoir. Par ailleurs, le tout premier homme d’État à avoir compris qu’il pouvait se faire une image politique et conforter davantage son pouvoir grâce au Football a été le dictateur espagnol Francisco Franco. Arrivé au pouvoir en 1936, il supporte l’Atletico Madrid qui marchait sur le football espagnol entre 1939 et 1950 avant de retourner sa veste en mettant le Real Madrid sous ses ailes. Grâce à son influence, le club de la capitale s’est faite une renommée en gagnant consécutivement 5 coupes d’Europe, nouvellement la Ligue des Champions (1955 – 1960 ) et la sélection espagnole a été sacrée championne de l’Euro en 1960. Franco utilisait le football pour étendre son règne.

Lire aussi:  Les Allemands pris au piège par les Japonais, les Espagnols étincellants contre les Costaricains, les Belges dominés mais les Canadiens vaincus.

Cela fait bien longtemps que Vladimir Poutine prépare son coup et GazProm l’a bien aidé à mettre le football européen un peu plus dans sa poche. Plus de 40% du gaz utilisé en Europe provient de la Russie. Le géant gazier – GazProm – a été t l’un des sponsors officiels de l’UEFA puisqu’il la finance à la hauteur de 40 millions d’euro par année sans oublier que plusieurs clubs dont Shalke 04 en Allemagne, Étoile Rouge de Belgrade en Serbie et le Zénit Saint-Petersbourg, club de cœur de l’homme d’État russe qui reçoivent de l’argent de celui-ci. Après avoir accueilli la Coupe du Monde en 2018, la Russie s’apprêtait à recevoir la finale de la plus grande prestigieuse compétition des clubs européens – la Ligue des Champions – le 28 Mai prochain au stade du Zénit lui-même dénommé Gazprom Arena.

« Dans leurs relations avec les autorités gouvernementales, les organisations nationales et internationales, les associations et les groupements, les personnes auxquelles s’applique le présent code sont tenues de rester politiquement neutres, conformément aux principes et aux objectifs de la FIFA, des confédérations, des fédérations, des ligues et des clubs, et de façon générale agir d’une manière compatible avec leur fonction et leur intégrité », peut-on lire comme premier devoir dans le Code d’Éthique de la FIFA.

Mais si les instances footballistiques doivent autant rester politiquement neutres, pourquoi la plus haute instance du football européen, en l’occurrence l’UEFA, est sponsorisée par une compagnie de gaz appartenant à l’État d’un pays tel que la Russie ? Ce n’est pas tout malheureusement. Le sacre de la France au Mondial de 1998 a permis à ce pays de redorer son image comme quoi ils n’étaient pas si racistes vu le nombre de joueurs au teint foncé faisant partie de cette équipe. Le Qatar, ambitieux qu’ils sont, a racheté le Paris Saint-Germain en 2011 par le biais d’une société privée dénommé Qatar Sports Investments dans le but d’étendre leur hégémonie. La Chine, dans sa guerre économique avec les autres grandes puissances, offre aux joueurs de football les salaires les plus fous au monde. En 2017, Josep Sala Guardiola, ancienne gloire du FC Barcelone (joueur puis entraîneur) a participé en tant figure de proue dans une manifestation à Montjuïc, une colline dominant un pont à Barcelone, pour réclamer l’indépendance de la Catalogne. Oser dire que le football ou les acteurs de ce milieu peut/peuvent rester politiquement neutre(s) dans un monde où les politiques tentent de tout s’approprier serait de la pure utopie.

Certaines informations continues dans ce texte ont été tirées d’autres publications en rapport avec le sujet principal, pour les questions de ©copyrights, voir :
1°) Conflit israélo-palestinien: la Fifa refuse de s’enmêler;https://www.lefigaro.fr/sports/football/fil-info/conflit-israelo-palestinien-la-fifa-refuse-de-s-en-meler-882159


2°) Des contrats de plusieurs millions avec l’UEFA et les clubs: Vladimir Poutine fait joujou avec le football européen (msn.com)
3°) La géopolitique du football : quand le sport devient politique – Major-Prépa (major-prepa.com)
4°) Henrikh Mkhitaryan ne participera pas à la finale de la ligue Europa; voaafrique.com

4 Comments »

  1. I may need your help. I’ve been doing research on gate io recently, and I’ve tried a lot of different things. Later, I read your article, and I think your way of writing has given me some innovative ideas, thank you very much.

Laisser un commentaire