fbpx
Skip to content

Les États-Unis et le Mexique ; la commission disciplinaire de la CONCACAF frappe à nouveau.

Récemment la CONCACAF a annoncé que le Nicaragua a été écarté de la 17e édition de la Gold Cup pour avoir violé les règlements applicables de la FIFA. Effet, l’équipe nicaraguayenne a aligné un joueur inéligible pendant huit matches de l’équipe nationale masculine lors de la Ligue des Nations de la CONCACAF. Cette fois-ci, ce sont les mexicains et les américains qui sont fautifs et dans l’œil du cyclone.

Alors qu’on est à quelques heures de l’ouverture de la Gold Cup, la Commission de discipline de la CONCACAF a fait une annonce qui pourrait nuire aux mexicains et aux américains. Il est rapporté que Gerardo Arteaga et César Montes de l’équipe du Mexique, Weston McKennie et Sergiño Dest de l’équipe des États-Unis sont suspendus pour plusieurs matchs de la Gold Cup. Selon les commissaires, les joueurs sus-mentionnés ont eu une mauvaise conduite lors de la demi-finale de la Ligue des Nations ayant opposé les Yankees aux Aztèques. Ils rapportent avoir pris beaucoup de temps pour évaluer les preuves qu’ils ont recueillies tout en se basant sur les règlements de la CONCACAF Nations League et du code disciplinaire de la FIFA.

Les sanctions prévues pour les deux nations fautives

Ce jeudi 23 juin, la CONCACAF a rendu public le verdict des commissaires qui ont frappé avec ardeur. Les mexicains Gerardo Arteaga et César Montes ont écopé d’une suspension respectivement de deux et trois matches. Quant aux américians Sergiño Dest et Weston McKennie, ils rateront respectivement deux et trois matches. Les fédérations mexicaines et américaines sont elles aussi sanctionnées. Elles auront à verser une amende dont le montant n’a pas été révélé. De sanctions plus lourdes seront prises à leur encontre si ces incidents se reproduisent prochainement, selon ce même rapport.

Lire aussi:  Real Madrid et FC Barcelone, où en sont les deux cadors espagnols avec le mercato estival ?

Malheureusement, les stades qui devraient être un lieu de divertissement et de réjouissance sont souvent transformés en arène de combat de boxe. En prenant de si sérieuses mesures pour freiner ces actes de barbarie, le coup de la commission de discipline de la CONCACAF, quoiqu’il soit tardif, peut être considéré comme un pas de plus dans la bonne direction. Un message clair aux belligérants qui sauront désormais que le football est une question de fairplay et que l’enjeu ne doit en aucun cas tuer le jeu.

1 Comment »

Laisser un commentaire