fbpx
Skip to content

Blanchi par la justice haïtienne puis condamné par la FIFA, ce que révèle vraiment l’affaire Yves Jean Bart

Crédit photo: Getty Images/A. Schneider

Le 30 avril dernier, dans un article publié dans les colonnes de The Guardian avec pour co-auteur, Romain MOLINA, un journaliste français, le monde du football a été surpris d’apprendre que le Président de la Fédération Haïtienne de Football (FHF) avait été la cible d’une enquête pour abus sexuels sur mineures. En effet, le numéro 1 de la FHF a été accusé de viols sur plusieurs mineures au Centre Sportif de la Croix-des-Bouquets pendant plusieurs années. Celui qui occupait ce poste depuis vingt ans a logiquement nié tout en bloc prétextant que certains lui en veulent pour tout ce qu’il a fait au sein de cette fédération.

Désirant d’éclaircir la situation, soit pour blanchir le Dr Jean Bart, soit pour lui infliger les sanctions qui s’imposent, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), par son comité de justice interne, a suspendu le grand patron pendant une durée de 90 jours à deux reprises tout en précisant que le comité d’éthique allait ouvrir une enquête et donner un verdict en temps voulu. De fait, le 15 novembre dernier, l’enquête a été bouclé par la chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA et qui a proclamé les sanctions ce vendredi 20 novembre à l’endroit du président de la FHF. Sans grande surprise, le président de la Fédération Haïtienne de Football et ancien membre permanent de la FIFA, est coupable d’avoir abusé de sa position et d’avoir harcelé et/ou abusé sexuellement diverses joueuses, dont des mineures, en violation du Code d’éthique de la FIFA. Paradoxalement, ce même Yves Jean Bart a été blanchi par la justice haïtienne un jour avant cette décision rendue publique par la FIFA.

Lire aussi:  L’entraîneur de renom, Wilfrid Montilas, prend les rênes de l'AS Cavaly.

Blanchi par la justice haïtienne ?

Le 21 Mai 2020, Dadou Jean Bart a été entendu par le commissaire du gouvernement près du tribunal de première instance de la Croix-des-Bouquets et la suite n’a été que du vent puisqu’immédiatement après l’audition, ses avocats ont mentionné que le parquet n’avait aucune preuve pour arrêter l’accusé. « Le Dr Yves Jean Bart salue la décision de la justice haïtienne qui le débarrasse de tout acte répréhensible, (…). Après des mois de fausses allégations, aucune présumée victime et aucun témoin ne se sont manifestés publiquement, ni le système judicaire n’a pu identifier une seule victime après avoir contacté de nombreuses organisations qui prétendaient les aider notamment Human Rights Watch, Kay Fanm, Solidarite Fanm Ayisyen », peut-on lire dans une note de presse parue en date du 19 novembre 2020. Dans cette même note, il est question d’enquêtes approfondies. Quelles enquêtes ! Comment est-ce qu’elles pourraient être approfondies dans un système judicaire pareil que celui d’Haïti. Il est vrai qu’aucune victime ne s’est plainte publiquement mais le journaliste Romain Molina croit que c’est juste pour une question de prudence et par crainte de représailles. Comment est-ce qu’on pourrait tenir face au numéro un d’une fédération de football.

Sanctionné par la FIFA, comment ?

Les preuves ont été donc insuffisantes pour que la justice haïtienne inculpe M. Jean Bart mais utilisant une baguette magique, la FIFA a pu le démasquer, comment ? Comment est-ce la justice haïtienne a pu passer à côté d’une telle affaire tandis qu’un organisme tel que la FIFA n’a eu besoin que de quelques mois pour rendre son verdict. Comment est-ce qu’il peut être innocent pour l’un et coupable pour l’autre ? Selon les propos de Romain Molina, dans ses multiples interventions sur sa chaine YouTube, les victimes ont été effectivement entendues et certaines personnes ont même témoigné pour aider à éclaircir la situation et participé du coup à cette enquête. Des femmes enceintes qui quittent le Centre FIFA GOAL, des petites filles qui se sont faites enlever la virginité, comment est-ce que ces nouvelles parviennent jusqu’en Europe jusqu’à déboucher sur une enquête ? Comment est-ce que tout ceci échapperait aux hautes instances haïtiennes ?

Lire aussi:  Mis à l’arrêt à cause de la montée des cas liés au COVID, le championnat national n’est toujours pas repris deux mois après.

Cette affaire révèle juste l’incompétence notoire qui règne dans le système judiciaire haïtien, l’impunité qui prend place chaque jour. Nous avons désormais l’impression que la justice est une femme aux yeux bandés mais qu’ils sont effectivement fermés quand il s’agit du procès de quelqu’un d’important. À moins qu’il ait recours au Tribunal Arbitral du Sport comme il entend le faire, M. Jean Bart est, pour l’heure, banni à vie de toute activité en lien avec le football (administrative, sportive ou autre) en plus d’une amende d’un million de dollars. Il parait à première vue qu’il y a une justice en Haïti et une autre, toute aussi différente, dans les autres pays.

73 Comments »

  1. I’ve privately taken tens of thousands of pounds out of this
    website having never settled a dime as a result of these
    basic ideas that I’ve develop.

  2. Batumi Russian escort, stands out as a lady that every man dreams of. This woman, who will come before you as the best example of the Slavic race, has no problem speaking Turkish. There will be no problem with communication between you. Besides being well-groomed, the sexy lady immediately draws attention with her height and stature, which is way above the standards. Her hairless and white skin has a silky softness. From this perspective, she is no different from the woman of your dreams. It is straightforward to meet with a Batumi escort lady. Just call the phone number on the ad page. In this way, you can enjoy perfect togetherness. Batumi Russian Escorts

  3. I have read your article carefully and I agree with you very much. This has provided a great help for my thesis writing, and I will seriously improve it. However, I don’t know much about a certain place. Can you help me?

Laisser un commentaire